Aidez votre cerveau par l'aromathérapie


A. Prescription pour traiter une pathologie avec un moyen thérapeutique

Que faire pour aider votre cerveau

La médecine complémentaire, parce que ses thérapies visent à renforcer l’individu, peut vous apporter des solutions. En particulier les techniques qui passent directement de la perception au cerveau comme la luminothérapie ou l’aromathérapie et qui n’engendrent ni effets secondaires, ni accoutumance.

Prescription thérapeutique

Massages

Faites préparer par votre pharmacien une diffusion de 50 gouttes d’huile essentielle (HE) d’ylang-ylang ou de vétiver dans 50 ml d’une huile de massage non grasse. Frictionnez vos tempes, la nuque et le plexus solaires (milieu de la poitrine, au-dessous du sternum) le matin, le soir et si vous pouvez une ou deux fois durant la journée. Le soir au coucher, frictionner aussi entre les reins au bas de la colonne, région particulièrement innervée.

 Bains

Un bain bien chaud le soir détendra votre musculature. Votre pharmacien peut vous préparer une base pour le bain avec une dilution HE de camomille romaine et de gingembre papillon.

 Diffusion

Procurez-vous quelques morceaux, grands comme deux sucres, d’un pot en terre cuite cassé, cela fera un excellent diffuseur. Placez-en un sur votre table de nuit et l’autre dans votre voiture et/ou sur votre bureau, si vous pouvez. Chaque fois que vous restez à proximité, imprégnez ce petit morceau de terre cuite de quelques gouttes d’huiles essentielles. Pour la journée, choisissez HE de lavande ou de jasmin. Pour la nuit prenez plutôt HE de maniguette fine ou de mélisse.

Pour obtenir un résultat, il faut appliquer une prescription pendant 40 jours au moins. C’est le temps que votre organisme met à trouver un nouvel équilibre, d’ailleurs vous le constaterez aux changements de vos habitudes. Côté hygiène de vie : faites au moins une pause dans la matinée, une autre dans l’après-midi, sortez en marcher 15 minutes en respirant profondément (sans fumer). Après le repas de midi, détendez-vous avec une turbo-sieste dans un fauteuil ou dans votre voiture. Réglez l’alarme de votre téléphone sur 20 minutes. Fermez les yeux, concentrez-vous sur votre respiration et sur la détente de vos muscles pour éviter de penser. Restez ainsi en ondes alpha jusqu’à la sonnerie. Côté alimentaire, de manière générale mangez léger (peu de graisse, peu de sucre, peu de mélange style pizza et sandwich), évitez l’alcool et les excitants (le café surtout).

B. Information propre à un moyen thérapeutique

Comment l’aromathérapie peut vous aider ?

La médecine par les plantes remonte à la plus haute antiquité. C’est à partir du 11ème siècle que l’on apprend à en extraire les principes actifs. L’aromathérapie en tant que telle commence au début du 19ème siècle mais elle bénéficie de nombreux siècles de pratique et d’observation de la médecine dite « naturelle ». Les huiles essentielles sont très complexes, par exemple la sauge sclarée qu’on utilise contre la fatigue physique mais aussi dans des cas de problèmes menstruels ou d’infections cutanées contient 250 molécules différentes qui ont des effets liés à leur synergie. Ceci explique que ces concentrés de principe actifs ont un large spectre d’indications.

Obtenue par entraînement à la vapeur de diverses parties de la plante, les huiles essentielles, base de l’aromathérapie, sont un concentré de principes actifs qui n’on pas seulement un effet pharmacologique. Affectant nos organes sensoriels comme l’odorat, le goût, elles ont une dimension énergétique et émotionnelle sur notre organisme, ce qui en fait sa particularité et son intérêt pour corriger certains déséquilibres physiques et nerveux !  On trouve des huiles essentielles un peu partout. Mais pour choisir les plantes les mieux indiquées pour vous par rapport à votre état de santé et de vous expliquer quand et comment les utiliser, il vous faut trouver un pharmacien compétent en aromathérapie.

Précautions

Ces concentrés de principes actifs de plantes peuvent contenir des substances irritantes ou allergènes pour la peau et les muqueuses, voire, pour certaines d’entre-elles, être toxiques à haute dose ou prises pendant trop longtemps. Si vous n’avez pas l’habitude de cette thérapie, prenez le temps de vous renseigner. De plus, certaines huiles essentielles ne doivent jamais être absorbées pures, car elles contiennent des cétones qui sont des poisons. Donc mieux vaut poser la question à votre pharmacien avant. L’aromathérapie est déconseillée aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes et à celle qui allaitent.

C. Information propre à une pathologie

La fatigue mentale

Chez les médecins, les infirmières, les policiers, les responsables d’entreprise, les mères de familles, les professeurs ainsi que leurs étudiants et beaucoup d’autres professionnels, on constate un nombre croissant de personnes qui sont épuisées. Il est question de fatigue mentale ou nerveuse ou intellectuelle, les médecins parlent aussi d’asthénie, dans un terme plus général. On a remarqué que les personnes jeunes soumises à un stress constant sont facilement victimes d’un syndrome de fatigue chronique sans qu’on détecte d’anomalie médicale. On parle alors de syndrome de fatigue chronique. Syndrome, signifie que l’on est face à une pathologie complexe avec de multiples facteurs qui relèvent du métabolisme, de la résistance nerveuse, de l’environnement social et qui contribue à un mal-être ressenti au niveau mental.

En France, 64 % de la population active se réveille fatiguée, seuls 6% affirment se lever frais et dispos (sondage Opinion Matters pour Withings, 2014). – Dans le journal “Le Quotidien du médecin » : une personne sur cinq en moyenne se rend chez le médecin pour cause de fatigue. Dans une société basée sur la performance, être fatigué est mal vu, alors on ne se bat plus pour être le meilleur, on se débat pour éviter l’exclusion. D’où le risque d’arriver à ses limites : Le cerveau n’a plus l’énergie pour gérer l’action, vos réflexes sont anesthésiés. Cela survient quand vous êtes depuis longtemps dans une tâche où vous ne pouvez pas vous arrêter. Si vous conduisez et que vous êtes déjà en état de fatigue mentale, vous devenez inattentif et vous risquez un accident. Le sommeil peut vous prendre brutalement au volant, comme un voile noir, et l’accident est inévitable. Vous avez une difficulté énorme à vous concentrer sur un travail minutieux, vous faites des erreurs, des oublis, constamment. Votre capacité de mémorisation est affaiblie. Faire une analyse, un raisonnement est difficile. Vous devenez irritable. Vous êtes découragé face aux tâches à accomplir.

Le mental affecte le physique et vice versa. Des maux peuvent apparaître qui sont en fait des symptômes de votre état de fatigue mentale : insomnies, douleurs dorsales, sueurs nocturnes, allergies, infections à répétitions, problèmes de peau comme le psoriasis,  perte d’appétit, perte de poids, etc.

Les signes de fatigue mentale

o   Coups de pompe fréquents, vous éprouvez un besoin intense de dormir

o   Le soir bizarrement, vous n’avez pas sommeil.

o   Les nuits sont marquées par des insomnies

o   Le matin, vous vous réveillez fatigué

o   Sentiment de découragement, vous avez des idées noires, des accès de tristesse

o   Manque d’appétit, vous n’avez envie de rien

o   L’avenir vous semble hors de portée, vous n’arrivez plus à faire de projet

o   Vous êtes pris par trop de choses à la fois

o   Si l’on vous pose une question, cela vous irrite

o   Vous ressentez un fort sentiment de culpabilité par rapport à votre situation

o   Vous souffrez de maux en tout genre comme des troubles digestifs, douleurs dorsales, névralgies, sueurs nocturnes etc.

o   Difficulté à vous concentrer, vous avez des pertes de mémoire 

La spirale de la fatigue mentale

Tout commence par un dilemme : faut-il persister dans une situation frustrante, en espérant en voir la fin avec un bénéfice qu’on imagine substantiel, ou prendre le risque d’un changement radical sans savoir où cela nous mènera. Plus le temps passe, moins on a d’énergie, la fatigue s’installe et les choses s’aggravent. Ne devenez pas comme la grenouille qui finit par cuire vivante, car elle n’a pas ressenti l’augmentation de la température de l’eau froide de la casserole qui devient de plus en plus chaude! Ne laissez pas votre fatigue vous envahir, au point de ne plus avoir assez d’énergie pour réagir, prenez vos symptômes au sérieux le plus tôt possible. Le « burn-out » tant décrit en est la conséquence.  

A lire

Alain Ehrenberg, sociologue, auteur de « La Fatigue d'être soi, dépression et société » Ed. Odile Jacob 1998

Dr. Christophe Dejours, psychiatre et psychanalyste, auteur du « Choix, souffrir au travail n'est pas une fatalité » Ed. Bayard 2015

David Le Breton, chercheur et enseignant en sociologie, auteur de « Disparaître de soi » Ed. Métailié 2015

Dr. Jean-Loup Dervaux, médecin et auteur de « Chronofatigues, quelle est la vôtre ? » Ed. Dangles 2016


Laissez un commentaire